20151018_172930C’est à 11 et dans un équipement flambant neuf que Courtételle débute le championnat. Relativement lentement, mais il ne doit pas être facile de se mouvoir dans un pull en sarnafil. Heureusement, une percée du Polonais à la 3ème minute semblait rallumer l’équipe, qui remontait lentement la pente, jusqu’à faire jeu égal avec l’adversaire. Las, une pénalité parfaitement justifiée, qui avait fait chuter un de ces maladroits d’Imériens remettait tout en cause. Le verdict tombait rapidement, après un power play dans les règles mis en place par St Imer, un de leurs ouvre la marque d’un tir relativement violent du haut de oreilles.

La suite faisait craindre le pire, Courtételle se faisant lentement déborder par une équipe plus rapide, sans atteindre une jouerie exceptionnelle. Il fallut toute la classe du portier pour éviter un 2ème but aux environs de la 7ème minute, une mitaine rudement rapide, le nouveau. Courtételle semblait alors se réveiller et quelques percées du Polonais et du Rodge sont à noter.

Malheureusement, Ces maladroits d’Imériens agravent le score par une superbe action d’un tir de la bleue récupérée devant le but par un coéquipier qui transperce la toile d’araignée vers la 15ème. Un 3ème but est encore inscrit par ces opportunistes sur un cafouillage un peu plus tard.


 Le 2ème tiers débute sur un rythme plus élevé semble-t-il. Ou alors c’est l’effet de ma bière. Bref. Courtételle fait bonne figure, bien que le jeu se passe essentiellement dans son camp. Malheureusement à mesure que la fraicheur disparait, une sale odeur de résidus bitumeux s’élève…

Reprise à bout portant d’une passe venant de derrière le but, 4-0.

Un tir d’un joueur esseulé dans le milieu des oreilles, touché mais pas assez par la jambière de notre dernier rempart, 5.

Un tir puissant entre les jambes, 6.

Un autre, 7.

Malgré quelques arrêts dignes d’éloge (ah c’est pas un froussard) le portier local ne peut empecher le chalutier de prendre l’eau. Un poil de maladressse, un défense un peu trop douce et un manque de présence devant leur goalie suffit à rendre l’addition un poil sévère. Mais à la décharge de Courtételle, l’équipe semble volontaire et ne baisse pas les bras, témoin cette percée fulgurante de cette cavité dans le fessier qu’est le numéro 25.


Le 3ème tiers est entamé par le Jeune, goalie. On a ralenti des 2 côtés et le jeu devient plus haché. Et contre toute (au moins la mienne) attente, C’est Polak, à nouveau, qui par une habile reprise de puck, tout en technique, glisse le puck dans le but du gardien Imérien.

 

Malgré un bonne résistance et quelques bonnes parades du portier local, Les Imériens, mal nommés, en mettent. 3, dans des circonstances diverses et nébuleuses. Sans grande importance à ce moment du match, d’autant plus que le meilleur allait suivre. Courtételle ne s’avoue aucunement vaincu et se créé plusieurs occasions. Lors d’un pressing affolant, Bibou, au demeurant assez solide jusqu’ici, monte un peu, récupère un puck à 5 mètres du but, avec un angle favorable. D’un geste sec et nerveux, comme à son habitude quand il lève une mousse, il ajuste le but. 2 pour nous. Courtételle mène alors un jeu plaisant, dont l’on commence à deviner le potentiel. Les cerises sur le gateau sont offertes par le vétéran de l’équipe. Caterpillar récupère le puck plein centre, arme un poignet jusque derrière la nuque et mystifie le gardien adverse. Dans la même minute, altruistement servi par le buveur de vodka (encore lui), il double la mise!! La patinoire est chaude et luisant comme un tapis de macadam fraìchement étendu en plein été.

Une défaite pas aussi amère qu’on pouvait le craindre, puisque due en grande partie à l’effectif. On s’accroche et on y croit pour mardi!