C’est au terme d’une journée terne que se tenait le premier match de l’année pour la vieille garde du HCC. En effet, cette remarquable équipe avait fait usage de magie noire pour foutre HS la rolba 2 semaines plus tôt afin de permettre à son éclopé d’ingrat de chef mat de ne pas manquer un match de plus dans sa pitoyable saison. Merci les copains.

Ce qui devait être le match retour se trouvait donc en fait la première confrontation avec l’équipe réserviste de la capitale. L’atmosphère était particulièrement adaptée à une soirée devant la télé, le froid mordant. Quand une bourrasque venait de l’ouest, on pouvait reconnaître le bruit de la tétine achetée par D’agneau, qui fonctionne à plein régime ces dernier temps. Et quand la bise reprenait le dessus, on distinguait le crissement d’un doigt dans la courte barbe de Yoda, qui témoignait du questionnement de celui-ci à propos de l’opportunité d’avoir renoncé à affronter ces coéquipiers. Dans le ciel, les étoiles scintillaient comme autant de points d’interrogation sur l’absence de K-net, petit pain suisse allemand, et tant d’autres. Mais heureusement, la glace brillait de sérénité de pouvoir porter les chenilles illustres de Trax, les vieux pneus limés de MaxiPuch ainsi que les quatres roulettes du conducteur de la lovemobile.

20160115_172441

Le travail c’est la santé

Le match démarrait de bonne facture, le jeu était plaisant, les équipes construisait un semblant de fond de jeu et nos techniciens n’avait pas à rougir face aux delémontains, qui alignaient eux aussi des joueurs à l’illustre pedigree. Seule concession à la mode actuelle, on jouait un peu en slow motion…

Première surprise, un nouveau venu, le-frangin-à-Nathalie se mettait rapidement en évidence en fore-checkant avec insistance, une attitude rapidement récompensé par un but. La vélocité de Courtételle, associé à une solidité défensive certaine permettait à Courtételle de prendre l’ascendant. Gordon, comme à son habitude percutant en début de rencontre forçait le gardien en 2 fois. Un tout petit but suite à un cafouillage permettait à notre servant de messe PDC de laisser à ses co-habitants un semblant de dignité.

Mais l’artillerie lourde formée de nos emprunts à la première équipe se mettait en route. Franz, d’un long poignet placé, scellait le score de la première période, 4-2. Oui je sais il manque un but de Delémont, mais je m’en souviens absolument pas, allez savoir pourquoi…

Le deuxième tiers fut relativement arride du point de vue du tableau d’affichage, et très rassurant pour Courtételle. Un but de MaxiPuch, sur démarrage violent comme d’hab et poignet ma foi très propre (vous savez, pas du style « papillon » affectionné par le boucher du Cornat…).

Au troisième tiers, la tension monta. Un peu. Un certain fromager tenta plusieurs fois l’impossible, avec des ruses de sioux  ou des coups moins réglos, sans grand résultat.

Le numéro 3 de Delémont fut très chanceux, un puck dévié vers le toit qui rebondit dans le coin du but du servant de messe communiste, qui a eu quand même passablement de boulot, mais qui fut mal récompensé sur ce coup.

A part ça, un autre but du frangin-à-Nathalie, MAxiPuch qui enfile les buts comme des perles sur câble de téléphérique, les deux ailiers Seppi de Flasque qui manquent l’immanquable à de multiples reprises, la messe est dite.

A signaler une remarquable performance de Germain dans son nouveau rôle, qui a ma foi une certaine réussite.

A+