Skip to main content

Les braies des Franches-Montagnes, HC LEM – HCC2 4-14

La joyeuse bande vadaise, l’estomac encore lourd du dimanche soir précédent, s’est déplacée en Franches Montagnes vendredi pour défier l’équipe réserviste des Enfers – Montfaucon.

Elle avait laissé son grand escogriffe à la panosse au repos pour l’occasion, puisque celui-ci aspirait à un peu de calme en disputant un polo à dos de poney (?). Enfin, chacun son truc, on a trouvé un second et charmant rempart. De derrière, on ne voyait même pas trop de différence.

Un second renfort inconnu, un certain Breizicofix , le cousin d’Astérix, s’est ramené en costume traditionnel dans le vestiaire.

On était alors fin prêt à en découdre.

Nos adversaires étaient nombreux, mais pas très organisé, Le fameux jeu Guéguellois a pu se développer en toute sérénité. Avec sa nouvelle technique de 3 centres (faut pas fatiguer ses altesses) sur 2 lignes, la défense taignonne n’y comprenait plus rien.

Pour bien commencer, notre chocolatier tête de moineur ajustait un trou de souris, puis ce vieux briscard de Puch en a envoyé dans tous les sens. Un de ces buts a même touchés 3 fois la transversale et 2 fois le montant avant de rentrer. Plus tard,Ragusa a encore régalé son monde en célébrant un but par  un superman dont il a le secret. Presque tout le monde a pu profiter, sauf le Gaulois qui peine à débloquer le compteur.

Avec un tel festival, on ne peut se plaindre de l’attaque, qui  a été bonne, puis un peu suffisante. Tout le monde a été à niveau, même si 2mon ne tenait pas debout, sûrement à cause de ces satanées cloches au chocolat. Un manigance du boucher pour le destituer?

La défense a pu se reposer, et même se montrer offensive. Le petit viking de Châticourtételle a même marqué au moins un joli but, sous les yeux de sa tendre dulcinée. Le vieux rubis qui revenait de convalescence, était un peu à court de souffle, ce qui nous a offert un peu de calme, et  notre dernier rempart a tenu bon, avec un style et une sûreté digne d’éloge. Les quelques buts encaissés l’ont été sur des situations de jeu particulière, en transition offendéfensive, où la défense était au choux.

A la toute fin, le défenseur wolfet a même débordé le gardien et s’est contenté d’une pirouette Bielmann au lieu de marquer. On en avait assez mis.

Après une petite pause au stamm habituel de là haut, moults tripailles et pichets, tout le monde est redescendu satisfaits.

Dimanche prochain, autre chanson, verrons nous la Bergeronnette?

HCC – HC FM III 4-3

Quel match à suspense que celui qui vient de se dérouler ce soir à la patinoire régionale de Delémont. Courtételle recevait la seconde réserve du HC Franches-Montagne.

Il aurait fallu arriver tôt en début de match pour voir le premier quart d’heure des locaux, qui devait être flamboyant, puisque les 3 buts inscrits s’avérèrent décisifs. Mais n’allons pas trop vite en besogne.

Courtételle, renforcés par les joueurs émérites de la réserve « el cigarillo »  et le toujours fringuant Teuf, avaient opté pour la jeunesse en plaçant dans les buts le jeune petitpiaf, et pouvaient donc profiter de l’habituel rempart Jojo dans son attaque, où celui-ci se révéla très convainquant.

Après 10’22, les vadais menaient 3-0, par Teuf, Pives et Peanuts. Sans doute trop confiant, ils baissèrent dangereusement la garde, ce qui permit aux taignons de revenir au score avant la première pause. Il n’empêche, on sait de source sûre que le headcoach se serait exclamé à la  buvette « Depuis que je les dresse, j’ai jamais eu une équipe comme ça! ». La satisfaction semblait de mise.

Dans le deuxième tiers, après une entame correcte, les locaux se montraient de plus en plus brouillon, tirant régulièrement hors cadre, ce qui permettait aux gars de Saigne de développer des actions de plus en plus dangereuses. Même si le capitaine parvenait, à tromper le gardien adverse à la mi-match. Franches-Montagnes répliquait rapidement. Même avec un léger mieux avant la seconde pause, le score de 4-2 ne mettait pas Courtételle à l’abri.

Le dernier tiers confirmait le retour en force des taignons, et le but tombait après 5’19. A 4-3 et 15 minutes à jouer, la partie fut extrêment tendue jusqu’à la fin. Le jeune gardien vadais sortait quelques arrêts décisifs, et Courtételle parvenait à l’emporter.

Calendrier 2018-2019

La saison a repris, et notre équipe phare, qui milite en 3ème ligue, mérite votre soutien. La seconde équipe ne milite pas, mais elle organise également quelques matches. Retrouver leurs programmes sur le calendrier ici à droite, sur grand écran,

ou dans le menu HCC, 2018-2019

Le boucher du …. ra gusa (HCC2-Celtics 13-5)

Reprise hier soir pour ceux de la 2 qui avaient manqué le premier match. Et pas pour ceux qui ont aussi manqué le deuxième, malgré un casque tout neuf acheté le week end avant, me privant injustement d’un couvre chef dont j’avais besoin et …. bon, ok.

 

 

Un match de qualité dimanche soir avec quelques renforts comme Wurlitzer junior, un germano italien, une momie, un solide qui traîne en haut de la sorne normalement et un Hé, man, ça fait plaisir de te voir. L’ homme fort, rugueux, le Tiger Woods de la Busch, qui sait tenir en laisse ces loups du sud, il est pas venu. Il a une microfissure à un ongle, on devra sûrement lui changer le sabot.

En vrac, on a aussi vu:

  • Un moustachu avec un ratio vitesse de patinage/but marqué proche de l’infini.
  • Un babyliss, avec le même ratio.
  • Bob Magraine, qui s’est tout arraché la tonsure.
  • Un arbitre bien sympa, mais bon, faudra déboucher le syphon de la douche maintenant.
  • Une Maseratti qu’a ramené tout le public.
  • Un peu trop de vitesse en attaque, il faudra corriger ça. Ya que l’aile gauche de la première ligne qui sait temporiser.
  • Dawid boowie, qui a fait quelques passages rapides.
  • Un pourcentage d’engagement gagné de … non, ça, ça n’intéresse personne.

Pour les stats, les buteurs du soir sont:

  • triple  hat-trick de Boguey, Long-cou, Fils de.
  • 1 goal de Ex-p (un exploit personnel), Flock (un malentendu), J. Hey, man (une chute), et Agecanonix (un cadeau)
  • Une pénalité bien bien sous-estimée pour Vallon. Je me demande si il faudra pas inviter un arbitre pro, la prochaine fois.
  • Un capitaine qui pète les plombs.
  • Une étoile: pour toi, bête à corne de Châtillon, pour ton jeu de jambe très personnel, qui a surpris notre Mr. Proper de la panosse.
  • 5 partantes

J’espère que la prochaine fois, les SEOD joueront, avec eux on peut parler de sport.

Papy (et ses gamins) ont fait de la résistance!

C’est par une nuit étoilée et polaire que s’est tenue l’apthéose de la saison 2017-2018 pour les vaillants gaillards du HC Courtételle. Ils recevaient en effet Bösingen dans le cadre des quart de finales des play-off de 3ème ligue. Des play-offs qu’ils ont atteint avec la hargne, handicapés par un début de saison intéressant certes, mais guère enrichissant au niveau des points.

Bref, un sacré morceau que ce HC Bösingen, qui a viré en tête de l’autre groupe romand. Invaincu en championnat régulier et encore vainqueur de ce même HCC lors du dernier match de saison régulière.

D’entrée de jeu, les outres-sarins faisaient preuve d’une belle jouerie, ainsi que d’individualités de talent. Côté Sorne, le HCC, déjà pauvre en effectif, devait se passer de Rodge la côtine et Bibou le steak hâché, estropiés de leur précédente rencontre. Pour remplir les 2 lignes indispensable, on a du faire appel à la crème de la crème, j’ai nommé Trax et Boulou (loutre asphyxiée de son nom indien).

La rencontre fut de bout en bout très émotionnelle. Bösingen écrasait par moments les vadais, mais se montraient étonnamment peu efficace devant les buts. De son côté, ces sacs de Guéguelles se battaient comme des diables, et par instant, parvenait à mettre la pression côté adverse. Au premier thé, le score était toujours nul.

Avec moins de joueurs et des expériences de mi-match assez cuisante dans les 2 rencontres précédentes, le staff des supporters appréhendait la mi-match. Mais leur équipe favorite fut héroïque, et c’est donc avec une efficacité certaine que les locaux parvenait à ouvrir le score par Cervelas (sur assist néolithique de la tour de conrtrôle), d’un tir tendu de la bleue lors d’un moment d’euphorie. Galvanisé par cette réussite, Courtételle enfonçait le clou après une belle séquence devant le but fribourgeois par l’opportuniste Fabiou. On espérait en rester là, mais un joueur de Bösingen trouvait finalement le chemin des filets avant le second thé (ahaha, du thé).

Le 3ème tiers voyait Courtételle se vider de son énergie et les méchants monter en puissance. C’était sans compter avec le dernier rempart de Courtételle, qui multipliait les prouesses à mesure que les visiteurs se montraient plus dangereux. Les jeunes peanuts, et Charcuterie  se montraient particulièrement adroits dans leurs duels pour éloigner le danger, tandis que la locomotive Tony tentait de longs raids malheureux.

Mais à 10 minutes de la fin, Bésingen revenait au score, sur un but chanceux en plus. Mais contre toute attente, le temps réglementaire se finissait sans avoir départager les équipes.

[Petit interlude:L’arbitrage. Il était fantastique, du moins vu d’une distance respectable.]

Sur les 20 longues dernières minutes, on voyait la lucidité des locaux s’étioler. Mais Jojo tenait bon, et au moment où se prenait à espérer des penaltys, à la 79e minute, un Böse retrouvait ses doigts et logeait la rondelle de la lucarne locale.

Une superbe fin pour une saison qui est allé crescendo, dont tous les joueurs peuvent être fiers.

Bravo et à l’année prochaine!!!

 

HC Courtételle – CP Bassecourt 7-9

Ach damned! une année après la donne a changé et Bassecourt nous a battu 2x cette saison. Bloody cherry, toalla de toros. On ne pouvait pas garder l’article tel quel.

Il y avait à vrai dire d’autres titres ou chiffres à présenter dans ce match:

Courtételle – Bassecourt 15-9 (joueurs)

Courtételle – Mariel Potiron 7-8 ( l’équipe entière de basse Sorne a fait moins de points qu’un certain joueur ).

Autant de point de regret. La domination de Courtételle a été constante, d’insolente à diffuse, néanmoins, Bassecourt, selon un seul schéma on ne peut plus huilé, récupération Lucien Meury -passe au second poteau à Mariel-goal. Trop de naiveté, pas de chance, c’est rageant.

A souligner, un arbitrage impeccable, étincelant même parfois, par les cadors zébrés du groupe.