Skip to main content

Le Cornat en amour (HCC2 – La Courtine, 6-7 (2-2,4-5)

Ce jour, point de digressions discutables, des faits.

kepe

La courtine étant descendu à 7, nous leur avons généreusement prêté notre triplette d’étrangers. Dommage pour nous. De notre côté, 2 lignes classiques, renforcé par ce vieux Rodge de la terre sainte, le classique Franz « Labèz », et Sylvaner un transfuge d’un club ferme du saskatchewan. En sus, Knet jouerait l’élément libre pour décontenancer l’adversaire.

Une fois encore, l’équipe adverse présente un honnête niveau de jeu, autant par leurs joueurs natifs que nos mercenaires. Une pression de tous les instants est mise par les 2 Froussards, le jeu s’emballe, Flash réplique comme à son habitude d’entrée. Un puck vole en l’air au niveau des « oreilles », il retombe au 2ème poteau, le gars du Cornat, tel la grande faucheuse, d’une ample rotation de la hanche, claque le puck dans le but. 1-0.

Le jeu reprend. Pendant de longues minutes, Courtételle résiste aux ajoulots, se bat. Nicou, en fidèle pentecôtiste, balance ses jambes de droite et de gauche. Sur un cafouillage, après 43 renvois de la botte gauche, 36 parades du casque et un posé de patin sur le puck, il doit capituler. Sur un vulgaire cafouillage. Ya pas de justice.

Les vadais ne baissent pas les bras, la partie s’équilibre, les minutes passent. Même si à chaque fois, Les gars du haut sont  dangereux. Ils shootent à outrance, même quand la situation est désespérée. Finalement,La courtine double la mise. La fin du premier tiers-temps approche. Boileau redonne des couleurs à la déchetterie en réduisant l’écart, une jolie reprise au second poteau, une fois qu’il était monté. Le boucher a fait l’assist, ça lui fait 7 points cette saison, 1 but , 1 assit, 5 de suture. Je l’invente pas, il l’a constaté lui-même.

La pause arrive à point nommé. Juste le temps de menacer la buvette en cas de fermeture, et le jeu reprend.

Les guéguelles parviennent difficilement à redémarrer. K-net envoie dans toutes les lignes, relance, pour tenir. La machine la courtine est lancée, 3-2, 4-2, les « juillerats » semblent décrochés. Heureusement, les routiniers de la défense, Franz, Juju, Kanak et le paumé (une douzaine de match de 1ère ligue à eux seuls…) assurent, et castrent les prolifiques attaques adverses.

Flash tente alors ce qui apparait comme un baroud d’honneur (après plus de 40′ de jeu, sa cartouchière est vide depuis longtemps). Sur une passe tendue de Kep’ il reprend de justesse, tombe à genoux dans l’effort, continue en glissade et marque du manche. Magnifique. Un exploit. Déjà 2 assists un but en face de la halle des fêtes. Le 3ème larron de la ligne est admiratif, c’est bien tout ce qu’il fait depuis le début du match.

Cela ne dure pas. Le 5-3 tombe, suivi du 6ème. La Courtine est jeune et voltige tandis que Kanak, sec comme un coup de trique, met l’accent sur l’efficacité. Il n’y a guère que Ce jeunet de Rodge pour parvenir encore à accélérer.

kanak

Par la suite, Kèpè en remet un (4 points en un match!), mais l’affaire semble entendue. Le rythme a baissé. D’autant plus que la Courtine réplique. 7-4 à 5 minutes de la fin, il faut éviter la décullotée qui se profile. Le petit pain de Soleure justifie la confiance placée en lui et délivre son but habituel, facile. Suite à un renvoi sur un lancer de Johannis, il joue le fin renard de surface pour reprendre et tromper au second poteau un gardien adverse par ailleurs pas mauvais.

Le temps réglementaire est arrivé à son terme, et Courtételle, en mauvais perdant, réclame 5′ supplémentaire. Ce que s’empresse d’accepter l’Asperge, et il sait où il a le coeur… La courtine se laisse berner, pêchant par orgueil sans doute. Nicouille sent la vieille panosse toute mouillée qu’il a sur la tête le gratter sous les bras. Tant pis, il tiendra.

Rodge, après un contre de environ 5 kilomètres, parvient à modérer son allure et en plante un bon. 7-6. On va en rester là, la buvette attend.

 

HCC2- HC Delémont vétérans 7-4 (4-2, 1-0, 2-2)

C’est au terme d’une journée terne que se tenait le premier match de l’année pour la vieille garde du HCC. En effet, cette remarquable équipe avait fait usage de magie noire pour foutre HS la rolba 2 semaines plus tôt afin de permettre à son éclopé d’ingrat de chef mat de ne pas manquer un match de plus dans sa pitoyable saison. Merci les copains.

Ce qui devait être le match retour se trouvait donc en fait la première confrontation avec l’équipe réserviste de la capitale. L’atmosphère était particulièrement adaptée à une soirée devant la télé, le froid mordant. Quand une bourrasque venait de l’ouest, on pouvait reconnaître le bruit de la tétine achetée par D’agneau, qui fonctionne à plein régime ces dernier temps. Et quand la bise reprenait le dessus, on distinguait le crissement d’un doigt dans la courte barbe de Yoda, qui témoignait du questionnement de celui-ci à propos de l’opportunité d’avoir renoncé à affronter ces coéquipiers. Dans le ciel, les étoiles scintillaient comme autant de points d’interrogation sur l’absence de K-net, petit pain suisse allemand, et tant d’autres. Mais heureusement, la glace brillait de sérénité de pouvoir porter les chenilles illustres de Trax, les vieux pneus limés de MaxiPuch ainsi que les quatres roulettes du conducteur de la lovemobile.

20160115_172441

Le travail c’est la santé

Le match démarrait de bonne facture, le jeu était plaisant, les équipes construisait un semblant de fond de jeu et nos techniciens n’avait pas à rougir face aux delémontains, qui alignaient eux aussi des joueurs à l’illustre pedigree. Seule concession à la mode actuelle, on jouait un peu en slow motion…

Première surprise, un nouveau venu, le-frangin-à-Nathalie se mettait rapidement en évidence en fore-checkant avec insistance, une attitude rapidement récompensé par un but. La vélocité de Courtételle, associé à une solidité défensive certaine permettait à Courtételle de prendre l’ascendant. Gordon, comme à son habitude percutant en début de rencontre forçait le gardien en 2 fois. Un tout petit but suite à un cafouillage permettait à notre servant de messe PDC de laisser à ses co-habitants un semblant de dignité.

Mais l’artillerie lourde formée de nos emprunts à la première équipe se mettait en route. Franz, d’un long poignet placé, scellait le score de la première période, 4-2. Oui je sais il manque un but de Delémont, mais je m’en souviens absolument pas, allez savoir pourquoi…

Le deuxième tiers fut relativement arride du point de vue du tableau d’affichage, et très rassurant pour Courtételle. Un but de MaxiPuch, sur démarrage violent comme d’hab et poignet ma foi très propre (vous savez, pas du style « papillon » affectionné par le boucher du Cornat…).

Au troisième tiers, la tension monta. Un peu. Un certain fromager tenta plusieurs fois l’impossible, avec des ruses de sioux  ou des coups moins réglos, sans grand résultat.

Le numéro 3 de Delémont fut très chanceux, un puck dévié vers le toit qui rebondit dans le coin du but du servant de messe communiste, qui a eu quand même passablement de boulot, mais qui fut mal récompensé sur ce coup.

A part ça, un autre but du frangin-à-Nathalie, MAxiPuch qui enfile les buts comme des perles sur câble de téléphérique, les deux ailiers Seppi de Flasque qui manquent l’immanquable à de multiples reprises, la messe est dite.

A signaler une remarquable performance de Germain dans son nouveau rôle, qui a ma foi une certaine réussite.

A+

Moutier vétéran – HCC2: Dany le blond

Dany_leBlond

C’est par un bel après-midi ensoleillé que l’équipe quelque  pénètre dans l’enceinte glacée de la patinoire prévotoise. Avec un effectif compact sélectionné avec soin, nos chances s’annoncent bonnes. D’autant plus qu’une recrue de dernière minute de la capitale, Doowy les bon toyaux,  est venue nous épauler.

Le match débute sur les meilleures auspices et un rythme soutenu, à tel point que l’arbitre du match à bien du mal à suivre le rythme, oculairement parlant. Comme à son habitude, Moutier fait tourner la rondelle parmi ses excellents techniciens, mais Courtételle en a sous le patin et soutient honorablement la comparaison. Un Kanak en toute grande forme tient la baraque, tandis que devant Brotsch le revenant ouvre la marque aux alentours de la 10 minute de jeu. Moutier, revanchard comme toujours ne tarde pas à réduire le score, et la tactique mise en place par le staff avant le match qui était de faire la course en tête est remis en question. Ne serait-il pas plus prudent d’en prendre 4 ou 5 afin d’endormir les artilleurs prévotois? Le thé est servi sur le score de 1-1.

Moutier ralenti un peu à la reprise, et Doowy en profite pour s’échapper et tromper le gardien de manière imparable. Mais Moutier réplique peu après par un poignet surpuissant qui avait valeur de slap au temps du président. Tout est à refaire. Le jeu se durcit car la fin du match approche, Moutier semble tout à coup intéressé par la victoire et la cage du gardien démocrate chrétien est beugnée plusieurs fois sur le poteau ainsi que la latte.

C’est alors qu’une action quelque peu brouillone devant les buts de Moutier, amenée par le sus-nommé petit pain soleurois titille l’intérêt du nombreux public. Brotsch tente sa chance, le puck rebondit sur Dany cheveux toujours sec qui trompe le gardien de Moutier d’un puissant re-leu-leu entre les jambes. Le banc vadais se lève comme un seul homme. Sacré Brenzalikaschiteufeletofer!

Il ne reste que quelques minutes à jouer que Courtételle avale sans se préoccuper d’adversaire qui deviennnent belliqueux.

Moutier, 17:30, 2852 spectateurs.

Victoire de Courtételle, 3-2

A noter, aucune action sanglante du boucher de la rue du Cornat.

 

HCC2 vétérans – HC Moutier vétérans

C’est par un chaud dimanche 8 novembre que la 2 reprenait le chemin de la glace pour affronter une équipe inédite pour elle, les vétérans de Moutier. Avec un effectif un peu juste face à notre armada de 10 joueurs, Moutier comprend tout de suite qu’on allait les faire courir, ces petits chevaux blancs. Nous n’avons donc pas pu étrenner nos nouveau équipements gris très clair.

Heureusement pour eux, la troupe des frères Kohler sait encore manier la canne, et endort progressivement notre équipe fringante, sans oublier de planter des buts régulièrement. Moutier mène au score tout au long du match. 2-1 à la pause, on tient l’écart grâce à ce vieux loup de Cornol qui marque un superbe but tout en finesse.

Un seul pépin à signaler, une maladresse de notre joueur le plus agressif a ouvert une arcade qui passait par là. Souhaitons bon rétablissement à la victime.

Au retour sur la glace, Courtételle montre les muscles. C’est vrai quoi, à quoi bon tous ces entraînements d’été sinon? Le rythme s’élève, et les buts tombent…côté Moutier. On se retrouve à 6-3 à 10 minutes de la fin.

K-net

C’est le  moment que choisissent nos 2 transfuges de la 1ère, J’ai nommé Tracks et Teuf, pour se rebeller. A la rage, il réduisent l’écart. 6-6 à 2 minutes de la fin. Les griffes sont usées des 2 côtés et tout le monde se prépare à un match nul paisible. Daniel K. n’est pas de son avis et trompe une dernière fois notre poilu des buts, le pauvre lui qui était encore tout à la joie des élections.

6-7 score final, 2 buts chacun pour Dominou, Boguet et Flasque.

Prochain match:

dimanche 15 novembre 2015, 16:00 Moutier

Pour la revanche, rdv à 15:15 à Moutier